le Directeur Général

/le Directeur Général
le Directeur Général 2021-03-22T21:07:19+00:00

Pr Abdoulaye DABO (Officier de l’Ordre Natonal)

Chers acteurs du Système National de Recherche,

Chers acteurs du Système National d’Innovation et de Vulgarisation des résultats de recherche,

Aujourd’hui, vouloir faire le point de la recherche de notre pays relève d’un exercice périlleux à cause d’abord de l’absence d’un Plan National Stratégique de la Recherche à long terme, qui définit les programmes de recherche à mener ainsi que les ressources humaines, matérielles et financières nécessaires à mobiliser pour sa mise en œuvre. La recherche est menée dans plus de soixante (60) institutions, centres et instituts nationaux de recherche. Au Mali, la mission d’élaborer et de mettre en œuvre la politique nationale de Science, de Technologie et d’Innovation (STI) est assurée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS), organe directeur de la Recherche au Mali. Bâtir un Système National de Recherche (SNR) performant et intimement articulé aux préoccupations des secteurs de développement, reste l’un des objectifs majeurs visé par la Politique Nationale de la Science, de la Technologie et de l’Innovation (PNSTI) adoptée en 2017. Pour préparer et assurer la mise en œuvre de la PNSTI, le MESRS s’appuie sur ses services centraux, ses services rattachés et ses organismes personnalisés.

Le Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) est l’un de ses organismes personnalisés créé par la Loi n°86-10 du 8 mars 1986, modifiée par l’Ordonnance n°04-011/P-RM du 25 mars 2004. Il a pour missions de : – i) coordonner et de veiller à la cohérence des programmes de recherche ; ii) de promouvoir la recherche scientifique et technologique ; iii) de collecter et de diffuser l’information scientifique et technologique ; iv) de délivrer les autorisations de recherche aux chercheurs étrangers. Toutefois, au-delà de cette mission classique, l’orientation et l’organisation du système national de recherche, par secteurs d’activité, entre les différents centres de recherche et de leur coopération effective avec les structures de production, de valorisation des résultats de recherche ou d’innovation technologique, doivent ainsi être mises en œuvre sous l’égide du CNRST. Et pour jouer pleinement ce rôle de coordination entre les structures de recherche, le Fonds Compétitif pour la Recherche et l’Innovation Technologique (FCRIT) a été créé par la Loi n°2011-062 du 25 novembre 2011 pour booster la production scientifique et faire face aux défis du développement, et sa gestion, confiée au CNRST.  Pour alimenter ce fonds, notre pays a consenti 0,20% de ses recettes fiscales, ce qui dénote la volonté du Gouvernement malien de développer la science et d’atteindre les objectifs fixés par l’ONU et l’Union Africaine. Il convient de saluer à cet égard d’une part, les efforts du Gouvernement du Mali pour assurer un financement endogène et pérenne de la recherche à travers l’opérationnalisation du FCRIT, et d’autre part, la forte détermination de nos partenaires scientifiques des institutions nationales et Internationales de recherche à nous accompagner. A travers l’opérationnalisation du FCRIT, le Gouvernement du Mali encourage la mise en place d’équipes pluridisciplinaires, inter institutionnelles, capables de générer et de diffuser à grande échelle des innovations technologiques.

Chers Collègues et Partenaires, les mutations en cours au CNRST qui s’observent entre autres par l’opérationnalisation du FCRIT, la redynamisation du Comité de coordination scientifique du CNRST amorcée en 2020, la validation du Manuel de procédure administrative, comptable et financière, la signature d’une convention de collaboration avec l’ORTM1 en cours, participent toutes à cet effort global de coordination de la recherche au niveau national en vue de rendre encore plus visibles l’impact de la recherche scientifique et de l’innovation dans l’amélioration des conditions de vie de nos populations durement éprouvées par les problèmes sécuritaires et sanitaires récurrents.