Actualités

/Actualités
Actualités 2018-03-08T17:53:34+00:00

Afin de pourvoir des postes de Maîtres-assistants de l’Enseignement supérieur, le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique a organisé des recrutements sur titre et d’autres par voie de concours.
Ces recrutements ont été organisés successivement, sur la base de l’arrêté interministériel n°2017-694/ MESRS-MEF-SG du 21 mars 2017 d’une part, et de l’arrêté n°2017-3603/MESRS-MEF-SG du 26 octobre 2017 d’autre part. Pour chacun de ces deux recrutements, les communiqués du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique précisent que « les fonctionnaires de l’Etat ne sont pas concernés par ce recrutement ».
Mais, au vu des résultats, lesdits recrutements n’ont été qu’une foire où des fonctionnaires ont déposé leurs dossiers qui ont abouti au recrutement, purement et simplement. Notamment en ce qui concerne le recrutement pour des postes de médecine de la famille/communautaire, des dossiers déposés par des fonctionnaires ont été retenus, aboutissant à leur recrutement sous le regard de beaucoup d’autres candidats dont leur qualité de fonctionnaires a été un empêchement.
Mais à la proclamation des résultats le constat a été que la qualité de fonctionnaire évoquée n’était qu’un prétexte pour exclure certains et surtout pour privilégier d’autres. Trois personnes ont été recrutées sur la base de cette supercherie administrative orchestrée par les organisateurs du recrutement. Le département de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique est –il au courant de cette affaire rocambolesque ? Va-t-il prendre des mesures pour rétablir dans leurs droits, ceux qui ont subi des préjudices.
Source : Le Républicain