Les inventaires botaniques

Les inventaires botaniques ont permis de dénombrer 89 espèces, approved 58 genres et 29 familles reparties sur une surface référentielle de 18 hectares. L’analyse multivariée a permis de définir des unités de végétation en relation étroite avec l’organisation morphopédologique. Ainsi, un groupement de végétation a été identifié par microsite.

L’unité de végétation établie sur vallée à sols argileux est caractérisée par Ziziphus mauritiana, Diospiros mespiliformis, Maytemus senegalensis et Borassus aethiopum. Ces espèces colonisent les stations humides

caractérisés par des sols argileux peu évolués (TROCHAIN, 1940 ; FONTANEL, 1986). Ce groupement associatif parait homologue à l’unité de bas fonds, caractérisée par des espèces des milieux humides décrits par DIATTA et al. (1998). Il s’apparente également au groupement associatif à Diospiros mespiliformis « des savanes secondaires »situé à 80 km au Nord-est de Bamako décrit par ABERLIN (1986). Le groupement associatif sur plateau caractérisé par les espèces comme Dombeya multiflora, Stereospermum kunthianum, Boscia angustifolia, Cassia sieberiana décrite par Nasi (1994) avec une différence en composition floristique globale plus riche dans notre station 48 espèces contre 15. Ce groupement s’apparente également à la classification des groupements végétaux de Combretum nigricans,

Guiera senegalensis, Boscia anguistifolia

des plateaux cuirassés du Niger et de leur versant définie par MAHAMANE (2005). GUINKO (1984) décrit les savanes pré-riveraines qui présentent de nombreuses affinités floristiques avec l’alliance de Daniellia oliveri, Dombeya multiflora bien que la première espèce ne soit présente dans notre association. C’est au niveau de ce site sur les endroits à hydromorphie temporaire qu’on y rencontre très souvent des pieds de Tamarindus indica qui s’élève en touffes isolées sur les termitières. NASI et SABATIER, (1988) sur les plateaux du Mont Mandingue au Mali ont caractérisé ce type de Bowé1. Le groupement associatif décrit à cet effet paraît homologue à notre groupe bien que

certaines espèces ligneuses citées Baissea multiflora, Isoberlinea doka ne figurent pas dans notre groupement. Le groupe associatif sur plaine à Lonchocarpus laxiflorus, Securinega Longipedonculata Annona senegalensis présente les mêmes affinités que le groupement associatif décrit par HERINGA al. (1988) dans la région du Baoulé avec à la différence, l’absence de l’espèce Cordyla pinnata dans notre groupement. Le groupe associatif sur glacis est Caractérisé par une végétation riche et dense à Combretum ghasalense, Grewia flavescens, Grewia mollis, Terminalia albida, Ekebergia senegalensis. La richesse de la végétation de ce groupe s’explique par le fait que ces relevés sont dans un rayon d’environ 1 km des mares ou du fleuve Baoulé et se trouve sur une cuirasse latéritique souvent érodée correspondant à la zone de pénétration des mares et de continuité vers le fleuve Baoulé. Ce qui fait que ces espèces sont en mélange. Cette association ressemble fortement a celle définie par NASI (1994) sur le plateau Mandingue du Mali, BOUDET et ELLENBERGER (1971) dans le cercle de Yanfolila zone latéritique du Mali soumise au même type de bioclimat. Ce groupement associatif présentent les mêmes affinités que celui décrit dans la

forêt claire anthropisée en évolution progressive par HOIUNATO (2001) dans la région des Monts Kouffé au Benin. La flore de Fina dans les différents microsites présente une diversité d’espèces (61 et 45). DAGET (2003) indique quel que soit le biochore concerné la flore d’une station (richesse floristique ou diversité α).

Informations supplémentaires